Vivre au Canada

Et si on partait vivre au Canada ?? ?

Cela fait plusieurs mois qu’avec Julien on parle de partir s’installer au Canada, mais je ne raconte pas tout ce qui se passe, pour nous, derrière cette grande décision !

Depuis quelques années j’avais en tête de partir au Canada pour y travailler, tenter une expérience à l’étranger. Et heureusement, Julien avait le même projet ?
Mais comme tu l’as peut-être deviné, on ne peut pas partir du jour au lendemain, comme je l’avais fait pour l’Angleterre.

Un permis travail est nécessaire, parfois une évaluation des diplômes, ou encore des tests de langues…

Avec Julien on a voulu mettre toutes les chances de notre côté, alors on a lancé différentes démarches :

⇒ Le PVT

Le petit Champlain

Ouverture du PVT 2018 le 03 Novembre 2017 : On s’est inscrit direct ! – même si maintenant il s’agit d’un tirage au sort – Plus qu’à attendre ?

L’Express

En Octobre c’est comme si on était retourné au lycée . Pour l’Express on a dû passer par la case TEF (test d’évaluation de français), pour pouvoir commencer les démarches. Un test un peu bizarre pour nous car il s’agit du test de langue française :

  • Un oral ?(15min)
    Stressée comme une étudiante, au final les sujets ne sont pas compliqués et les examinatrices au top : on a bien rie !
  • Une expression écrite ? (1h)
    Ecrire la suite d’un article de journal, et ensuite argumenter notre point de vue sur un sujet d’actualité.
  • Une compréhension orale et une compréhension écrite
    On passe de questions simplistes – niveau CP – à des questions très ambiguës.
Tempête de neige

Tout un samedi matin en mode exam, on était trop content d’avoir passé cette étape. Ne reste plus qu’à recevoir les résultats pour avancer de ce côté. – 4 à 6 semaines d’attente ? –

⇒ Les Journées Québec

Julien avait pu faire les Journées Québec à Paris en Juin, mais après les entretiens plus aucune nouvelle. Et là on recommence avec celles de fin Novembre : de nouveaux entretiens !

Candidatures spontanées

Quant aux candidatures directes aux entreprises, on ne peut pas dire que ça ait abouti à quelque chose ! Je pense que le fait qu’on ne soit pas sur place peut nous porter préjudice.

 

Chûtes Montmorency

 

Tout ça c’est du stress, et une envie grandissante de jour en jour de vouloir partir. Plus on avance dans les démarches plus on se dit que certaines choses sont trop difficiles pour que notre rêve se réalise. Mais même si par moment on est démoralisé par la réalité des choses, on ne laisse pas tomber !

 

La suite dans un prochain article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *